Comment calculer la plus-value sur la vente d’une entreprise ?

15

Certains actifs sont détenus par la société pour un usage interne. Ces marchandises ne sont donc pas destinées à la revente. Lorsqu’ils sont utilisés à des fins de développement, à « long terme », ces biens sont appelés immobilisations . En comptabilité, ils se trouvent dans les comptes de la classe « 2 » (comptes commençant par le numéro 2). Ils sont donc présents, au niveau de l’activité, en haut du bilan.

Lorsqu’ une société transfère l’un de ses actifs, elle peut réaliser un bénéfice ou une perte. S’il s’agit d’un profit, il sera appelé valeur ajoutée professionnelle . S’il s’agit d’une perte, ce gain sera appelé pertes professionnelles.

A découvrir également : Quelle est la différence entre déficit budgétaire et déficit public ?

Le but de cet article est de vous présenter les différents régimes d’imposition des gains professionnels .

Quelle est la valeur ajoutée professionnelle ?

Dans le domaine de la fiscalité, une le gain en capital est imposé à titre de gain professionnel s’il remplit les trois conditions suivantes :

A lire en complément : Comment calculer l'amortissement d'un bien ?

  1. La propriété transférée est enregistrée dans les comptes de la société, à l’actif, comme un actif .
  2. Cette propriété présente un intérêt réel pour les affaires de l’entreprise .
  3. Le prix de vente est dûment comptabilisé dans les comptes de l’entreprise cédante. Il apparaît dans son compte de résultat.

Comment calculer l’excédent ?

En comptabilité, le gain en capital d’un actif est obtenu en effectuant le calcul suivant :

Prix de transfert du capital — Valeur comptable nette (VAN) de cet immeuble immobilier .

Si le prix de vente est supérieur à la valeur comptable nette, la société générera un gain en capital . Si le prix de vente est inférieur à ce VNC, la société réalise un perte de valeur.

Qu’ est-ce que la valeur comptable nette ?

La valeur comptable nette est obtenue en soustrayant ce qui suit  :

Prix d’achat de la propriété du capital — Amortissement cumulé de cette immobilisation .

Pour les actifs non amortissables (actifs, droits de location, etc.), la valeur comptable nette est le prix d’achat (le montant inscrit dans les actifs du bilan).

Exemple de calcul de la valeur comptable nette :

Une entreprise achète, le 01/01/2015, du matériel de bureau pour 10.000€ (compte 2183).

Supposons que cet actif est amortissable sur 5 ans.Chaque année complète, la société passera, en comptabilité, une dépréciation de 2 000€ (compte 28183).

À compter du 31/12/2017, la valeur comptable nette de cette amortissement sera puis 4 000€ (10 000 — 6 000). En effet, 6 000€ (2.000€* 3 ans) d’amortissement auront été déduits de son acquisition.

Tous les gains en capital sont-ils identiques ?

Non . Tous les gains en capital ne sont pas traités de la même manière par les autorités fiscales.

En effet, le Code général des impôts distingue deux types de gains professionnels (article 39k du CGI) :

  1. gains à court terme,
  2. gains à long terme.

Qu’ est-ce que c’est ? d’une plus-value à court terme ?

Un gain en capital est à court terme lorsqu’il provient de la vente d’actifs immobiliers détenus pendant moins de deux ans .

Les gains à court terme sont également considérés comme des gains en capital accumulés lors des dessaisissements Immobilisations détenues pendant plus de deux ans dans la limite de l’amortissement consacré à la comptabilité .

Pour le calcul de ces deux années, se référer aux dates de transfert et d’acquisition figurant sur les factures.

Exemple de calcul de la valeur à terme la plus courte :

Prenez notre exemple précédent d’équipement de bureau acheté, 01/01/2015, pour 10.000€ et amorti en 5 ans.

Supposons que cette activité soit vendue le 31/12/2017, pour €11.000.

À compter du 31/12/2017, la valeur comptable nette de cette dépréciation sera donc de 4 000€ (10 000 — 6 000).

Étant donné que le prix de vente est de 11.000€, la valeur ajoutée sera de 7 000€ (11 000 — 4 000).

Cette valeur ajoutée de 7 000 euros sera répartie comme suit :

  • 6.000 euros de plus-value à court terme (depuis 6 000€ ont été dépensés dépréciation accumulée dans la comptabilisation de cette immobilisation),
  • 1.000 € de gain à long terme.

Qu’ est-ce que la valeur ajoutée à long terme ?

Tous les gains, autres que les gains « à court terme », sont considérés comme des gains à long terme.

Il s’agit de gains en capital réalisés sur :

  • les fournitures d’actifs non amortissables détenus depuis plus de deux ans ,
  • cessions d’amortissement des immobilisations détenues pendant plus de deux ans pour la part des gains en capital excédant l’amortissement accumulé les .

Comment les gains en capital sont-ils imposés ?

Pour déterminer le régime d’imposition des gains en capital, il est nécessaire, dans un premier temps, d’accumuler tous les gains et pertes de même nature (Bulletin officiel des impôts).

Dans le cas de plusieurs transferts de capital au cours du même exercice, les résultats suivants sont obtenus :

  • les gains nets à court terme ou non les gains en capital, d’une part,
  • gains nets à long terme ou moins de gains, d’autre part.

Deuxièmement, nous déterminerons les méthodes d’imposition de ces plus-values. En fait, ils seront imposés différemment selon le régime fiscal de l’entreprise qui a réalisé ces gains. Par conséquent, deux régimes fiscaux coexistent selon que :

  1. l’ actif du cédant est assujetti à l’impôt sur le revenu (I.R.)
  2. , ou la société cédante est assujettie à l’impôt sur les sociétés (I.S.).

Imposition des plus-values pour les sociétés couvertes par l’IR

Encore une fois, l’imposition des gains en capital les gains en capital nets à court terme doivent être distingués de l’imposition des gains nets à long terme.

Imposition des gains nets à court terme pour les sociétés dans l’IR

Si une société assujettie à l’IR réalise un bénéfice net à court terme, ce bénéfice à court terme sera ajouté au résultat courant de l’exercice comptable. En d’autres termes, sans options en particulier, cette valeur ajoutée sera imposée comme un bénéfice « classique » aux mêmes taux que les autres revenus du fonctionnaire exécutif .

Toutefois, le Code général des impôts prévoit un régime fiscal d’écart (article 39 c). Sur demande, la société peut demander l’écart sur 3 ans du montant de ce gain en capital . Un tiers sera ensuite joint au cours de l’exercice clos et un tiers du gain en capital sera lié en chacune des deux années suivantes.

Imposition des gains nets à long terme pour les sociétés dans l’IR

L’ article 39 de la CGI stipule que le gain net à long terme d’une entreprise assujettie à l’impôt sur le revenu est imposé au taux de 16 %. A ce rythme, diverses cotisations sociales sont ajoutées, dont le total, en 2018, à 17,2%. En fin de compte,les gains nets à long terme sont imposés à un taux de 33,2 % dans une entreprise couverte par l’impôt sur le revenu .

Imposition des plus-values pour les sociétés assujetties aux IS

En général, les gains professionnels les plus élevés obtenus par les sociétés assujetties à l’impôt sur les sociétés sont imposés aux taux habituels  :

  • 15% pour les bénéfices inférieurs à 38.120€
  • 33,33% pour des bénéfices plus élevés à 38.120€.

Pour déterminer ce plafond de 38 120 EUR, il est tenu compte de tous les bénéfices réalisés (y compris le gain en capital réalisé).

y a donc pas d’imposition spéciale sur les gains à long terme réalisés par une entreprise soumise à des IS Il n’ . Seuls des taux spéciaux existent pour les plus-values réalisées sur certains transferts de titres de participation…

Enfin, comme pour tous les régimes fiscaux en France, il existe des exonérations ou des régimes d’abattage applicables, dans certaines circonstances, aux actifs professionnels.