Comment créer une SASU ?

106
Comment créer une SASU

Quand il en vient à énumérer les statuts juridiques les plus tendances en 2022, la SASU se hisse facilement dans le top 5 des entrepreneurs. Forme juridique particulière et appréciée, la société par actions simplifiée unipersonnelle est la déclinaison unipersonnelle de la SAS. Elle séduit de par ses avantages et convient aux entreprises indépendantes des commerçants, artisans, etc.

Désireux de vous lancer dans une activité indépendante à l’instar de la livraison, vous planifiez de bientôt créer votre SASU ? Plusieurs étapes sont à suivre pour concrétiser votre projet. Découvrir des conseils utiles et les démarches obligatoires pour créer une SASU.

A lire également : Investir dans la bourse pour diversifier ses placements immobiliers

L’importance du respect de l’étape préparatoire à l’entrepreneuriat

La SASU étant une forme de société unipersonnelle, il est impératif pour l’entrepreneur qui désire l’adopter de se renseigner sur toutes ses spécificités. Si comme beaucoup, vous vous interrogez sur comment créer une SASU, vous n’avez pas de grands soucis à vous faire.

Les démarches obligatoires qui entourent la création de ce type de société se résument en quatre grandes étapes et sont assez simples à maîtriser. Le vrai piège auquel s’exposent la plupart des entrepreneurs désireux de créer une SASU se situe bien ailleurs.

A lire aussi : Comment déterminer le prix du loyer d'un appartement ?

Avant de franchir le cap, les entrepreneurs doivent réaliser une préparation minutieuse. Cette phase indispensable intervient généralement avant le choix de la forme juridique de la société à créer.

Lorsque les livreurs, chauffeurs ou artisans s’orientent de facto vers la SASU parce qu’elle représente le meilleur statut pour eux, ils négligent toutes les démarches préparatoires. Toutefois, la préparation revêt une importance capitale. Vous ne devez pas vous y soustraire.

Votre premier défi dans votre quête de création de SASU sera d’évaluer votre idée d’entreprise. C’est au terme de votre préparation que vous jugerez de l’opportunité véritable de votre projet entrepreneurial.

Vous disposerez ainsi d’assez d’éléments pour juger de la justesse de vous lancer ou non. Pour précision, une préparation bien menée permet d’éviter un investissement non-rentable, ou non maîtrisé à l’avenir.

L’étude de marché : le must de la phase préparatoire

La première chose à faire pour vous préparer à entreprendre et créer votre entreprise est l’étude de marché. C’est l’étape d’analyse à laquelle tous les entrepreneurs confrontent leurs projets. Le but de l’étude de marché est de mieux présenter le projet.

Cette étude ultra-efficace permet de mettre en lumière les insuffisances de votre projet d’entreprise. Ces dernières seront alors renforcées avant que la SASU ne soit créée. L’étude de marché se réalise suivant des règles d’appréciation bien précises. Elles permettent de mieux cerner la demande et de la confronter à son offre.

L’étude de marché est également l’occasion de mieux découvrir la concurrence, ses offres, sa stratégie et d’en identifier les lacunes. Il est recommandé de déléguer l’étude de marché à des spécialistes. Le résultat de cette étude déterminera la ligne que prendront toutes vos décisions. Il est donc important que l’étude de marché soit fiable et bien conduite.

Suite à l’étude de marché, vous devez débuter les réflexions sur votre stratégie. Adaptez vos offres, vos prix et vos services aux réalités du marché. Consacrez tout le temps nécessaire au peaufinage de votre projet entrepreneurial afin de maximiser vos chances de réussite en tant qu’entrepreneur.

La rédaction du business plan : l’étape charnière

La deuxième étape de la phase de préparation est la rédaction du business plan. Le business plan est le plan de développement de la société à naître. Encore appelé plan d’affaires, il présente toutes les grandes étapes que suivra la future société. Ici, l’entrepreneur se projette dans l’avenir. Il planifie absolument tout pour se constituer une feuille de route.

Le business plan est la ligne directrice du développement de la société. Il permet à l’entrepreneur d’avoir un repère et de mieux conduire la société. Le business plan intègre aussi les dépenses de la société. Une prévision chiffrée objective doit ainsi être réalisée. Monter un business plan n’est pas une mince affaire. Cette étape charnière ne doit toutefois pas être prise à la légère.

On retrouve heureusement en ligne des modèles de business plan desquels il est possible de s’inspirer. Des prestataires spécialisés se proposent également pour prendre en charge la rédaction du business plan.

En cas de doute, explorez l’une de ces options pour rédiger un business plan fiable pour votre future SASU. Il vous suffira par la suite de suivre vos prévisions pour faire évoluer votre société.

créer une SASU

Le financement, le siège social et le nom : les questions importantes à ne pas omettre

Avant de clore la phase préparatoire, vous devez penser à d’autres questions importantes. La toute première est le financement. Vous avez besoin de ressources financières pour créer votre SASU, mais également pour qu’elle fonctionne.

Suivez votre business plan pour définir avec précision le financement dont vous avez besoin. Il vous faudra ensuite le dénicher en exploitant les solutions les plus tendances du marché. Les aides à la création d’entreprise, le Love Money, le prêt bancaire et les économies personnelles sont les pistes à privilégier.

Il est en deuxième lieu important de choisir un nom pour votre SASU. On parle également de dénomination sociale. La loi impose le choix d’un nom disponible. Cela permet de distinguer la société pour ne pas la confondre avec ses paires. Pour finir, vous devez aussi choisir une adresse pour votre société.

On parle aussi de siège social. Le siège social doit être choisi stratégiquement après mûre réflexion. Penser au siège social et à la dénomination sociale de la SASU en amont permet de gagner du temps plus tard.

Une fois votre préparation bien menée, vous pouvez à présent vous concentrer sur les 4 étapes légales de création d’une SASU.

Rédiger les statuts de la SASU

La rédaction des statuts est la première démarche de creation SASU. Les statuts sont aussi appelés les textes constitutifs de la société. Ils ont valeur de loi. Ils organisent l’activité de la SASU et régissent son fonctionnement.

Le législateur français a fixé des règles pour encadrer la rédaction des statuts d’une SASU. Vous devez vous y conformer pour que la création de votre société soit validée. Certaines mentions dites obligatoires doivent notamment être impérativement inscrites dans les statuts. Elles sont au nombre de 6.

Il s’agit entre autres de la précision du mode de direction sélectionné, du listing des conditions de désignant du président de la société, de l’évaluation des apports, de la précision de l’identité du commissaire au compte, etc.

La rédaction des statuts est très souvent une démarche difficile à accomplir pour bon nombre d’entrepreneurs. Si comme beaucoup, vous ne savez également pas comment y arriver, contactez des professionnels. Vous aurez la garantie de vous offrir des statuts légaux et qualitatifs, et ce dans un temps record.

Constituer et déposer le capital social de la SASU en banque

La deuxième démarche légale de création d’une SASU est la constitution du capital social. Dans le cadre de la SASU, le législateur n’impose aucun montant minimum pour le capital social.

Vous êtes donc libre de constituer votre société avec le montant de votre choix. Le capital social ne se constitue pas seulement d’argent toutefois. Trois types d’apports peuvent notamment être réalisés.

En effet, on distingue les apports en nature, les apports en numéraire et les apports en industrie. Ce sont les premiers qui représentent les sommes d’argent. Les deuxièmes concernent les biens. Il peut s’agir de meubles comme d’immeubles. Les troisièmes types d’apport concernent la compétence et le savoir-faire.

En tant qu’unique associé de la SASU, vous êtes le seul à en constituer le capital social. Le capital social ainsi constitué devra être déposé en banque. Un compte spécifique est créé à cet effet. Pour précision, le dépôt du capital social peut aussi se faire chez un notaire.

Publier l’acte constitutif de la SASU

Au niveau de la troisième étape de création de la SASU, il faut informer les tiers de la création de la société. Cela se réalise par le biais de la publication d’un acte constitutif. C’est le Journal d’annonces légales qui sert de support à ce type de publication. L’annonce légale peut se publier en ligne ou dans un journal physique.

Pour précision, le choix du journal de publication n’est pas tout à fait libéral. Vous êtes tenu de réaliser votre publication dans un Journal d’annonces légales qui se situe dans le département de la SASU. C’est le siège social de la société qu’il faut considérer ici. Mieux encore, le contenu de l’annonce légale est également réglementé.

La bonne nouvelle, c’est que vous réalisez une publication simplifiée avec un JAL en ligne. Le simple remplissage d’un formulaire suffit à la rédaction de l’annonce légale.

Faire enregistrer la SASU

La dernière étape de création de la SASU est celle de son enregistrement. C’est ici que la société est intégrée dans les registres officiels et reçoit les documents légaux de sa création.

Pour faire enregistrer votre SASU, vous devez monter un dossier et faire une demande d’immatriculation. Dans le dossier, on doit retrouver un exemplaire signé des statuts, l’attestation de dépôt des fonds du capital social et l’attestation de parution de l’annonce légale. Un formulaire de création de SASU dûment rempli doit aussi être ajouté au dossier.

La demande d’immatriculation de la SASU doit être adressée au bon service. Le dossier est étudié et l’immatriculation est accordée lorsqu’il est complet et que toutes les étapes de création sont respectées.

Pour éviter de vous fourvoyer, vous pouvez vous faire accompagner par un avocat, un notaire ou encore une plateforme juridique lors de la création de votre SASU. L’assistance d’un professionnel vous permettra de mieux gérer les coûts de création de ce type de société et de vous lancer sereinement.